« En 1994, les crimes de “purification ethnique” en Bosnie étaient plus insupportables à envisager pour les élites françaises que ceux commis au Rwanda »

2 days ago 4

Si le pouvoir français n’a pu nier le génocide contre les Tutsi, il a refusé de voir les crimes contre l’humanité commis en Yougoslavie, alors que les mêmes hauts fonctionnaires étaient à l’œuvre dans la gestion des deux conflits, estime l’anthropologue Véronique Nahoum-Grappe dans une tribune au « Monde ».
Read Entire Article