En Haïti, «une guerre qui ne dit pas son nom»

10 months ago 39

Au premier semestre de l’année, les gangs ont tué plus de 2 000 personnes dans l’île des Caraïbes. Deux ans après l’assassinat du président Jovenel Moïse, la situation a empiré. Le Conseil de sécurité pourrait donner son feu vert dans les prochains jours à l’envoi d’une force internationale composée de policiers sous l’égide du Kenya.
Read Entire Article