Fin du plastique sur les fruits et légumes dès 2022 ? Le vrai du faux

1 month ago 59

Le décret a été signé par Barbara Pompili, ministre de la transition écologique, Bruno le Maire, ministre de l’Economie, et Julien Denormandie, ministre de l’Agriculture et de l’Alimentation. Ces mesures, qui prendront effet en janvier 2022, concernent les “fruits et légumes frais non transformés” et sont l’application de la loi relative à la lutte contre le gaspillage et à l’économie circulaire de février 2020. Selon le gouvernement, ce décret permettra, à terme, de “supprimer plus d’un milliard d’emballages plastiques inutiles par an”. Décryptage.

Il était temps. Les films plastiques sur les fruits et les barquettes de légumes devraient progressivement disparaître. Dès le 1er janvier 2022 le décret de la loi contre le gaspillage de février 2020 interdira la vente sous plastique, de certains fruits et légumes frais non transformés en France. On note parmi ceux-ci une quinzaine de légumes : poireaux, courgettes, aubergines, poivrons, concombres, pommes de terre et carotte, tomates rondes, oignons et navets, choux, choux fleurs, courges, panais, radis, topinambours, légumes racines.

Du côté des fruits, ce seront les pommes, poires, oranges, clémentines, kiwis, mandarines, citrons, pamplemousses, prunes, melons, ananas, mangues, fruits de la passion, kakis, etc. que l’on retrouvera sur les étals sans emballage plastique.

Toutefois, ces mesures comptent plusieurs exceptions : pour tous les lots de 1,5 kg ou plus et “ceux qui risquent d’être dégradés par la vente en vrac”, avec une tolérance jusqu’en 2026. Cela concerne tous les petits fruits rouges (framboises, fraises, myrtilles…), les fruits mûrs à point et les graines germées. Des dérogations pourront également être mobilisées, sans parler de la tendance des fruits et légumes prédécoupés qui ne sont pas concernés par la réforme. De quoi transformer ce décret en effet d’annonce…

 

2026 ? Parce que nous avons tout notre temps…

Comme à son habitude, le gouvernement tient à rassurer ses plus gros producteurs industriels : en plus des cinq années de “transition” gracieusement concédées, les entreprises disposeront d’un autre “délai de tolérance de 6 mois pour écoulement des stocks d’emballages.” Il faut bien vider les “stocks” (plutôt les dernières commandes grappillées) de plastique, défendent les lobbies, et trouver des solutions. D’autant que ce n’est pas comme si elles existaient déjà…

Pendant qu'on essaie tous de se bouger face au réchauffement climatique, y'a @intermarche qui emballe des oranges individuellement… Le dégoût est présent. #Inadmissible #Honteux #Boycott #ClimateChange pic.twitter.com/uFDUBM9aRo

— Ophélie 🐊 (@BeLily_) January 11, 2020

Le “ras-le-bol” général qui se fait de plus en plus sentir avec le hashtag #balancetonproduit sur les réseaux sociaux ne risque donc pas de s’apaiser. Pendant que les consommateurs tentent désespérément de rappeler les supermarchés à l’ordre, le gouvernement, lui, joue la demi-mesure et la permissivité : en ménageant des industries qui ne cherchent qu’à maintenir leur courbe de croissance à tout prix. Même à celui de notre planète, qui déborde déjà de manière critique et irréversible.  

Sur tout le plastique produit dans le monde, moins de 10% sera vraiment recyclé.

Malheureusement, le recyclage est un mythe qui sert la bonne conscience et, a fortiori, le maintien des ventes industrielles : un processus long, coûteux et énergivore qui pollue autant qu’il traite, quand il traite. Car la plupart des déchets, notre pays continue de les envoyer n’importe où en Asie, Afrique, ou dans l’Océan. Autant de décharges à ciel ouvert et de zones de pollution directe.

 

Les fruits et légumes : l’arbre qui cache la forêt

“En France, 45,5 % de la consommation de matières plastiques sert à fabriquer des emballages, selon la fondation allemande Heinrich Boll.” France 24

Avançons, mais pas trop quand même donc. Car autre dimension et pas des moindres : si 45,5% de la consommation de plastique sert au secteur alimentaire, les fruits et légumes, qui sont visés par les récentes mesures gouvernementales, représentent moins de 1,5% de cette dernière. Les emballages dans les emballages, les micro-portions ou emballages par pack, individuels et enfin, dans les grandes surfaces, les aliments sous paquets plastiques qui sont déballés à l’aube pour… être rangés dans des bacs “vrac” plus vendeurs : le gouvernement est loin d’avoir pris les mesures à la hauteur de la montagne de plastique générée quotidiennement par notre productivisme. 

Et pendant ce temps, Interfel craint que, “à cause du contexte Covid, le manque de disponibilité des matières premières et le coût des solutions alternatives rendent particulièrement difficile une mise en place de la mesure au 1er janvier 2022″. L’interprofession a ajouté qu’elle regrettait que “l’utilisation de plastique 100% recyclable pour les emballages” proposée par la filière “n’ait pas été retenue”.

“Nous espérons que cette mesure franco-française, et exclusivement sectorielle ne pénalisera pas la place des produits français au sein de l’espace européen”,
conclut Interfel.

Pourtant, la production de plastique s’accélère de jour en jour, plus encore avec la crise sanitaire sous le faux-prétexte d’un effet protecteur désavoué par la science – contre le coronavirus. Un contexte qui a favorisé les communications infondées sur les bienfaits du plastique au détriment du vivant et, donc, de notre avenir sanitaire à plus ou moins long terme.

Car voilà l’objectif à court terme des géants pollueurs : obtenir des reports ou des diminutions de la part des réglementations environnementales adoptées ou en cours d’adoption. Ainsi, pendant que les multinationales tentent de redorer leur image par des campagnes de greenwashing, incitant les consommateurs à trier leurs déchets pour avoir bonne conscience, tout en achetant toujours plus de produits qui seront jetés dans la nature, le gouvernement préfère mettre en avant des petites avancées, certes nécessaires, mais qui ont un goût de trop peu. La course à la surproduction nous enfoncera dans le mur et les politiques, qui tiennent le volant, font semblant d’appuyer sur le frein…

Mary Doizon

The post Fin du plastique sur les fruits et légumes dès 2022 ? Le vrai du faux first appeared on Mr Mondialisation.
Read Entire Article