[PROJECTION-WEBINAIRE] Mon Troupeau Irradié : témoignages d'éleveurs de Fukushima | Sortir Du Nucléaire

2 months ago 919



Agenda

Mon Troupeau Irradié : témoignages d’éleveurs de vaches de Fukushima

Mise en ligne du film d’accès gratuit prévue pour la période du 21 février au 14 mars 2021

 

Le lien sera communiqué le 21 février.

 

Débat en ligne le samedi 13 mars de 14h à 15h30

 

Veuillez vous inscrire au webinaire ici.

  

Webinaire avec trois intervenants :

 

Tamotsu Matsubara, le réalisateur

Matsubara portrait

Producteur et réalisateur, Tamotsu Matsubara a 30 ans d’expérience dans les médias et les documentaires. Il est président de la compagnie Power-I, Inc., créée en 1993, qui a un lien fort et durable avec le service de diffusion du Bhoutan (Bhutan Broadcasting Service). Il a débuté son tournage sur Fukushima en 2011. Ce film est le résultat d’un travail assidu de 5 ans. Son projet actuel est la création d’un documentaire sur les tigres de très haute montagne dans le Bhoutan.

Bruno Chreyron de la CRIIRAD

Bruno portrait

Bruno Chareyron est ingénieur en physique nucléaire et titulaire d’un DEA de physique des particules. Il dirige le laboratoire de la CRIIRAD (Commission de Recherche et d’Information Indépendantes sur la RADioactivité) depuis 1993. Il a coordonné des études liées à l’impact des radiations ionisantes en France et à l’étranger (Europe, Afrique, Japon, Brésil). Il a effectué deux missions au Japon suite à la catastrophe de Fukushima, en mai-juin 2011 et juin 2012. Il a co-écrit le film « Invisibles Retombées » qui traite de la contamination radioactive au Japon, suite à la catastrophe de Fukushima.

Thierry Jacquot de Confédération paysanne

Therry portrait

Thierry Jacquot est père de 3 enfants et originaire des Vosges. Depuis 2003, il exploite avec son épouse une ferme de Bisons américains des plaines et de vaches herefords et commercialise sa viande en vente directe. Depuis l’âge de 18 ans, il milite pour un modèle sociétal qui soit respectueux envers l’Homme et la Terre donc, pour l’arrêt du nucléaire civil et militaire. Son métier de paysan lui a permis de s’investir au sein de la Confédération Paysanne, syndicat de paysans, qui fut cofondatrice du plus gros mouvement social au monde de défense des droits des paysans et des travailleurs ruraux : la Via Campesina forte de ses 200 millions de membres ! Depuis 2015, il s’investit dans la lutte contre le projet d’enfouissement des déchets les plus radioactifs à Bure, dans la Meuse, situé à 50 kms à vol d’oiseau de chez lui.

Et deux discutantes:

Sonia Mormottant de Sortir du Nucléaire Isère et de Nos Voisins Lointains 3.11

Sonia P

Sonia Mormottant, citoyenne fâchée et inquiète de devoir vivre avec le risque nucléaire, habitante de Rhône-Alpes, une des zones les plus nucléarisées au monde, et milite depuis plus de dix ans pour informer ses concitoyen-ne-s sur les conséquences nocives de l’industrie atomique.


Kurumi Sugita de Sortir du Nucléaire Isère et de Nos Voisins Lointains 3.11

Kurumi portrait dark

Kurumi Sugita, retraitée du CNRS, est anthropologue, et a mené une recherche sur des sinistré-e-s de l’accident de Fukushima Daiichi originaires des territoires situés en dehors des zones d’évacuation par l’ordre. Elle est fondatrice de l’association Nos Voisins Lointains 3.11.

   

Les informations plus détaillées seront communiquées bientôt.

 

Organisé par Nos Voisins Lointains 3.11 en partenariat avec:

Atlas traduction    atlas 3          Confédération paysanne   conf paysanne

Réseau Sortir du Nucléaire    RSDN  

Sortir du Nucléaire Isère  Logo SDN 38              Yosomono-Net France  yosomono france

  

Film documentaire de Tamotsu MATSUBARA

2016, 104 min

Film en VO sous-titré en français

Un mois après l’accident nucléaire, une zone d’un rayon de 20 km autour de la centrale nucléaire de Fukushima Dai-ichi a été désignée zone de vigilance. Deux mois plus tard, le gouvernement japonais a notifié au département de Fukushima l’ordre d’abattre tout le bétail dans la zone en vue d’empêcher la commercialisation de la viande contaminée par la radioactivité. Les agriculteurs, eux-mêmes évacués par ordre, n’avaient pas d’autre choix que d’obéir à la politique nationale. Cependant, certains éleveurs de bovins ont refusé d’accepter la situation, et continuent à faire vivre des vaches, quitte à s’exposer eux-mêmes à la radioactivité. Un agriculteur vit toujours dans une zone interdite, un autre se rend à sa ferme tous les deux jours en parcourant 60km depuis le logement temporaire situé à Nihonmatsu…

Une équipe formée de chercheurs issus de plusieurs universités a également commencé à surveiller les problèmes sanitaires chez les vaches exposées. Le thème de l’étude est l’exposition aux faibles doses d’un grand animal, thème inédit dans le monde entier. Cependant, le gouvernement, voulant effacer les cicatrices de l’accident nucléaire, refuse de financer une recherche pourtant utile à l’humanité. En 2012, l’année qui suit l’accident, des taches blanches inconnues sont apparues sur le corps des vaches exposées à l’irradiation.

Persuadé qu’il s’agissait d’une mutation due aux radiations, un agriculteur a emmené une vache tachetée à Tokyo devant le Ministère de l’agriculture, malgré le risque d’arrestation. Les agriculteurs refusant l’abattage des vaches sont devenus une entrave aux yeux du gouvernement. Peu à peu, les difficultés s’accumulant, certains fermiers abandonnent leur lutte.

Il s’agit d’un documentaire bouleversant décrivant plusieurs fermiers qui, malgré la perte de leur terre et de leur travail, s’évertuent à faire vivre des vaches dans des territoires contaminés, alors que ce bétail n’a plus de valeur économique. Avertissement : ce film contient des images de carcasses d’animaux qui peuvent choquer certaines personnes.

Il s’agit d’une réalité, mais le film est déconseillé aux enfants.

- Agenda / ,



Read Entire Article